CORONAVIRUS : Comment impacte t-il l’industrie Ciné/Séries ?

Au delà de ses conséquences sanitaires et sociales (ce qui n’est pas le sujet de ce dossier) le coronavirus impose sa loi et touche quasiment tous les secteurs. Depuis le samedi 14 mars 2020, les cinémas français vivent une situation inédite : fermeture de leurs salles jusqu’au 15 avril minimum, aucune sortie possible d’ici là. Des mesures exceptionnelles qui commencent également à s’appliquer à l’étranger. La profession s’inquiète : quel impact peut avoir le coronavirus sur l’industrie du cinéma et des séries ?

UN CALENDRIER BOULEVERSÉ PAR LE COVID-19

Les fermetures temporaires ne sont hélas pas le seul souci. La baisse de fréquentation des salles avant clôture et les reports de sorties sont alarmants : James Bond, Mulan, Fast & Furious 9, Sans Un Bruit 2, Les Nouveaux Mutants, Black Widow … (Voir les infos sur le côté du site) On ne les compte plus ! Véritables niches économiques, la plupart de ces blockbusters américains n’ont même pas de dates de remplacement (pour le moment), créant une réaction en chaine inévitable.

Les studios font face à une perte financière considérable, la plupart de ces films ayant déjà entamé leur campagne marketing (promotion, bandes annonces, affiches …) dont le coût peut parfois monter jusqu’à 50% d’un budget. La modifier voire complètement la reprendre entrainera forcément des sommes supplémentaires, qui se comptent en millions de dollars.

La production n’est pas en reste, voyant un à un ses tournages se mettre en pause : The Batman, Jurassic Word 3 ou encore le dernier Mission Impossible sont à l’arrêt pour une durée indéterminée. Les plannings de sortie, à l’origine déjà serrés, vont devenir un véritable casse-tête. Si ça ne change rien pour certains films, d’autres sont plus exposés, notamment les films du Marvel Cinematic Universe (MCU) qui sont sensés avoir une logique interne et connectée. Déplacer la sortie d’un de ses « chapitres » revient à décaler l’univers tout entier …

LES PROCHAINES SORTIES CINÉMA EN DANGER ?

Entre les retards et les reports, le risque d’embouteillage n’est pas loin, impactant de ce fait les distributions en salles. Qu’en est-il également des films sortis à la veille du confinement, dont l’exploitation s’est violemment interrompue ? Bloodshot aux États Unis, Un fils ou encore La Bonne Épouse sortis le 11 mars en France …

Beaucoup d’autres sont dans ce cas, occasionnant une perte colossale pour les réalisateurs qui voient la vie cinématographique de leur œuvre s’effondrer. Le CNC (Centre National du Cinéma) est déjà sur le qui-vive, n’hésitant pas à prendre des mesures exceptionnelles comme le report de la TSA (Taxe Spéciale Audiovisuelle) prélevée sur les entrées, ou encore la modification de la chronologie des médias.

En effet, selon la loi française, aucun film ne peut se retrouver sur une plateforme VOD ou SVoD moins de quatre mois après sa sortie en salles. Un impératif heureusement levé récemment, allongeant ainsi la durée de vie de ces films maudits grâce au streaming.

LES PLATEFORMES VOD / SVOD : LA SOLUTION ?

Les plateformes telles que Netflix, Amazon Prime et Apple TV deviennent ainsi une sorte de plan B à ne pas sous-estimer. Les États-Unis n’ont d’ailleurs pas attendu avant de réagir : La Reine Des Neiges 2 débarque ainsi avec trois mois d’avance sur Disney +, lorsque d’autres voient leur sortie VOD avancée comme Invisible Man (critique ici), Bloodshot, En Avant de Pixar ou encore Birds Of Prey (critique ici) alors qu’ils sont encore en salles.

Une situation que l’on pourrait penser profitable mais qui n’est pas toute rose pour autant. Internet devenant vital pour de nombreux secteurs (les entreprises, le télé-travail), Netflix se voit par exemple dans l’obligation de réduire son débit en Europe pour une durée de 30 jours afin d’améliorer la bande passante pour le secteur industriel. Hormis une qualité de service amoindrie, l’arrêt de tournage de ses productions comme Stranger Things ou The Witcher peut également s’avérer problématique.

UN CINÉMA EN VOIE DE DISPARITION ?

Les pertes économiques ne sont pas encore identifiables aujourd’hui, la faute à un manque de recul évident. Certains parlent de milliards de dollars concernant l’industrie hollywoodienne, un chiffre qui fait froid dans le dos. Mais au delà de l’aspect financier des studios et exploitants, n’est ce pas nos habitudes qui sont également menacées ?

Après plusieurs semaines possibles de confinement, n’allons nous pas nous « déshabituer » des salles de cinéma au profit des plateformes ? Le risque de ne pas relancer la machine cinématographique est-il réel ? L’industrie Ciné/Séries gardera forcément des séquelles, le plus important étant de savoir si elle pourra s’en relever …

A voir également

FRIENDS / LOST / BREAKING BAD / GAME OF THRONES … Comment bien terminer une série ?

MARVEL STUDIOS : Comment ont-ils gagné la course à l’Univers étendu ?

REMAKES / REBOOTS : Comment Hollywood est devenue une vraie machine à recycler

GOSSIP GIRL / 13 REASONS WHY / ELITE / SEX EDUCATION … Comment les séries abordent l’adolescence

1 thought on “CORONAVIRUS : Comment impacte t-il l’industrie Ciné/Séries ?

  1. Très intéressant ! Le public reprendra la chemin des salles de cinéma, j’en suis sûr. Mais ce sera très long, d’abord, effectivement, parce que les gens auront pris des habitudes casanières, ensuite parce qu’il nous faudra du temps avant d’accepter de nous frotter à du monde dans une salle fermée et enfin parce que le déconfinement débouchera sur l’été, période habituellement plate pour les cinémas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *