KINGDOM Saison 2 : Vent de fraîcheur chez les Zombies ?

Diffusée sur Netflix depuis le 13 Mars 2020, le retour de la série sud-coréenne Kingdom était pour le moins attendu. Sans être un véritable phénomène, la première saison diffusée en 2019 a rencontré un joli succès public et critique, qui mérite que l’on se penche un peu plus sur la seconde. Adaptée du web comics (une BD qu’on ne lit que sur Internet, pour les incultes) The Kingdom Of The Gods, le show nous plonge dans un royaume rongé par la famine en pleine époque médiévale (la dynastie Joseon pour les connaisseurs). Lorsqu’un mystérieux fléau se propage, ramenant les morts à la vie, le prince héritier Chang se donne pour mission de découvrir l’origine de ce mal …

MANGEZ MOI MANGEZ MOI MANGEZ MOI

Si nous cherchons la comparaison simpliste, il n’est pas difficile de penser à The Walking Dead, série zombiesque errant sur AMC depuis bientôt 10 ans. Pourtant, Kingdom s’écarte rapidement du chemin balisé de sa consœur pour mieux se forger sa propre identité. Plus qu’un survival gore, le show lorgne surtout vers le thriller conspirationniste, s’appuyant d’avantage sur les intrigues politiques d’un pays corrompu.

Si la première saison esquissait un tableau peu reluisant du traitement des pauvres (les villageois, les paysans) par les riches (les ministres, les conseillers royaux) par le biais de la maladie, le second chapitre se concentre davantage sur les rouages mêmes du Pouvoir avec un grand P, à l’échelle d’un royaume tout entier. Kingdom gagne ainsi rapidement en intérêt, se transformant (sans le vouloir) en un véritable petit miroir de notre actualité.

GAME OF THE WALKING KINGDOM

Les zombies ne sont ici que la conséquence de l’avidité des puissants (la famille Haewon Cho, qui cherche à régner à tout prix), à l’image des marcheurs blancs de Game Of Thrones, souvent comparés (à tort ou à raison ?) à l’arrivée du réchauffement climatique. Loin des rôdeurs lents d’AMC ou des classiques de Romero, ces « infectés » se rapprochent plus des enragés de World War Z (Mais si, ce blockbuster avec Brad Pitt et tout plein de zombies en CGI !). Alors que 28 Jours Plus Tard de Danny Boyle avait déjà dépoussiéré la figure du mort-vivant en 2002, Kingdom ajoute sa pierre à l’édifice avec brio, rationalisant le zombie jusqu’à le rendre encore plus terrifiant.

Côté réalisation, le show de Kim Seong-Hun (déjà derrière l’anxiogène Tunnel) se place dans le haut du panier télévisuel. Les décors et les costumes regorgent de détails travaillés, quand ce n’est pas la lumière tantôt contrastée tantôt crépusculaire qui vient magnifier les ambiances. La série ne perd pas de temps, plongeant ses spectateurs dans le combat dés les premières minutes de cette seconde saison haletante. Seul bémol, les scénaristes qui enchainent l’intrigue sans replacer le contexte du premier chapitre … Un petit rappel des enjeux n’aurait pas été de trop.

On peut également regretter la fin ouverte teasée par les showrunners, là où Kingdom semblait avoir trouvé une conclusion satisfaisante. Netflix n’a pas encore officialisé le lancement d’une saison 3, mais il ne fait aucun doute que cela ne devrait pas tarder.

Dans la continuité de sa première partie, Kingdom revient donc plus en forme que jamais avec une saison 2 plus politique mais pas moins intéressante. Le mélange habile des styles fait son effet : les amateurs d’hémoglobine ne seront pas déçus, tout comme les familiers de conspiration et jeux de pouvoir. Qui a dit qu’on ne pouvait pas réfléchir sans se divertir ?

A voir également

CORONAVIRUS : Comment impacte t-il l’industrie Ciné/Séries ?

BLOODSHOT : N’est pas Marvel qui veut …

VIDEO – UNDERWATER : Plaisir coupable ou gros navet ?

BUFFY CONTRE LES VAMPIRES : Pourquoi la série est culte ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *