RATCHED : Pourquoi vouloir à tout prix se rattacher à Vol Au Dessus d’un Nid de Coucou ?

ratched critique geeklic

Une histoire d’hôpital psychiatrique dans lequel se retrouve enfermé un tueur de prêtres sanguinaire, où sévit aussi un inquiétant docteur aux pratiques expérimentales des plus sordides … Qui n’aurait pas envie d’y jeter un petit coup d’œil ? Annoncé comme un préquel au célèbre Vol Au Dessus d’un Nid de Coucou de Milos Forman, avec le prolifique Ryan Murphy à la barre (American Horror Story, Hollywood, Pose … Y a t-il encore besoin de le présenter ?), il y a effectivement de quoi se montrer curieux …

Au delà de la hype suscitée, que peut bien valoir cette relecture aux accents horrifiques loufoques, dont la première interrogation demeure sa nécessité ? Avait on vraiment besoin de connaitre les origines de la cultissime infirmière castratrice Mildred Ratched ?

VOL AU DESSUS D’AUTRE CHOSE

Si la mini série de Murphy fait rapidement entrer en scène la mystérieuse soignante plus de 10 ans avant les évènements du film (afin de lentement mais sûrement manipuler son monde), le lien s’arrête toutefois ici. Interprétée par l’excellente et glaçante Louise Fletcher dans l’œuvre culte de Forman, Miss Ratched (campée ici par la toujours convaincante Sarah Paulson) n’a d’attache avec le long métrage de 1975 que son nom.

Nullement besoin d’avoir vu Vol Au Dessus d’un Nid de Coucou pour « comprendre » le show Netflix tellement la liaison semble inexistante. C’est à se demander pourquoi une telle affiliation, là où Ratched aurait pu se contenter d’être une mini-série indépendante au lieu d’un « préquel excuse ». Un simple effet de mode ? Un besoin de publicité opportuniste pour faire connaitre le show ? Oh, ce serait mal connaître son réalisateur …

Car au delà d’une parenté dont la véritable utilité reste douteuse au premier abord, Ryan Murphy parvient à subtilement justifier son existence, déconstruisant le mythe afin de mieux se l’approprier. Exit l’unilatéralité de l’infirmière sadique du film original, Murphy n’hésite pas ici à lui donner plus d’humanité par le biais d’un passé, de sentiments, d’une sexualité, de doutes … Prenant ainsi le contrepied de l’œuvre de Forman.

AMERICAN SHINING STORY

Vol Au Dessus d’un Nid de Coucou est un film culte aux qualités artistiques indiscutables, certes … Mais il n’en reste pas moins vrai que le film de 1975 fait preuve d’une misogynie dérangeante, véhiculant une certaine image de la femme plus que discutable. Soit prostituées (les amies du personnage principal interprété à l’époque par Jack Nicholson) soit tortionnaires (l’infirmière Ratched en question). En gros, soit l’objet sexuel des hommes soit l’instrument de leur castration …

Éternel défenseur de l’égalité sexuelle dont la filmographie en témoigne sans mal, Murphy ne cherche donc qu’à remettre les femmes sur le devant de la scène dans une histoire qui ne faisait à la base que les mépriser. Ou comment réparer une certaine injustice longtemps passée sous silence, avec tout le cœur que cela implique, à l’image de sa dernière production Hollywood. (Critique ici)

Une belle occasion sur le fond, qui n’en oublie pas pour autant de soigner la forme : stylisée à mort, Ratched fait preuve d’une réalisation pop colorée plus que soignée, ne lésinant pas sur les décors somptueux et les costumes grandiloquents telle une élégante sucrerie frivole. Les fans de Murphy reconnaîtront bien là son style à la colorimétrie parfois abusive (le vert prédominant certains passages à suspense) mais ô combien délicieuse, le réalisateur n’hésitant pas à citer les plus grands.

Psychose d’Hitchcock, Shining de Kubrick, Basic Instint, Le Silence des AgneauxMurphy poussera même le curseur jusqu’à s’auto-référencer avec Asylum, sans doute la meilleure saison de sa propre série American Horror Story. Pas très subtil mais tout de même plaisant.

Incisive et engagée, Ratched demeure donc une belle (et énième) réussite pour son réalisateur, à l’image de cette sublime séquence explorant le passé de Mildred par le biais d’un spectacle de marionnettes : nous ne naissons pas monstre, nous le devenons. La faute à une société oppressante, parfois cruelle ? Décidément un cocktail by Murphy des plus efficaces, qui n’hésite pas à délicatement réviser les liens qui l’unissent à Vol Au Dessus D’un Nid de Coucou. Une œuvre indéniable, bien sûr, mais aux mœurs d’un autre temps.

A voir également

THE HAUNTING OF BLY MANOR : la comparaison avec Hill House est-elle justifiée ?

VIDEO – JURASSIC PARK / WORLD : Une saga qui s’essouffle ?

DARK / LOST / WESTWORLD / PRISON BREAK … Les séries « high concept » peuvent-elles durer ?

POSE : Une véritable ode à la tolérance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *