CALLS : L’horreur auditive, une idée qui fonctionne ?

calls critique geeklic

Parce qu’il n’y a pas que les séries américaines dans la vie ! Mini fiction française aux accents horrifiques, Calls débarque sur Canal + en décembre 2017 avec un concept fort : il ne s’agit pas d’un show qui se regarde, mais qui s’écoute.

A travers des enregistrements audios (téléphones, talkies-walkies, magnétophones ect), la série de Thimothée Hochet plonge rapidement les spectateurs dans différentes situations angoissantes à souhait. Une expérience sensorielle immersive qui se joue des codes visuels, les noms des personnages ainsi que leurs dialogues étant les seuls éléments retranscrits à l’image.

Seuls quelques discrets halos de lumière viendront naviguer en fond d’écran, achevant d’imposer une atmosphère troublante forçant le public à tout visualiser dans sa tête. Misant sur l’imaginaire à l’heure où les images abondent dans notre société actuelle, Calls apporte donc une immense bouffée d’air frais bienvenue dans le paysage télévisuel, prouvant que les procédés les plus simples sont parfois les plus efficaces.

Privilégiant le format court (chaque épisode ne dépassant pas le quart d’heure), le mini série se présente comme une anthologie avant de lentement créer des connexions entre ses histoires, forgeant par là sa propre mythologie ainsi qu’une solide identité. Car rien ne ressemble à Calls.

Un brun de Cloverfield, un soupçon de Projet Blair Witch, un zeste de L’Exorciste … Des inspirations délicieuses qui parsèment clairement l’œuvre de Thimothée Hochet avec un savoir faire indéniable. L’hommage aux séries radiophoniques des années 40 rappellera incontestablement le fameux canular d’Orson Welles et sa Guerre des Mondes en 38 … Un régal !

Porté par un casting vocal aux petits ognons (Jérémie Rénier, Marina Fois, Charlotte Le Bon, Mathieu Kassovitz …) Calls est une découverte incroyablement originale. Terrifiante mais aussi touchante, parfois glauque mais toujours cohérente, ses trois saisons se dégustent comme de succulentes petites friandises d’épouvante à la française. Éteignez donc les lumières et mettez vos écouteurs, vous n’en ressortirez pas indemnes …

A voir également

SOUL : Pixar en bout de course ?

THE HAUNTING OF BLY MANOR : la comparaison avec Hill House est-elle justifiée ?

VIDEO – TENET : Blockbuster novateur ou artificiel ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *