LUPIN : Une relecture nécessaire ?

lupin critique geeklic

Pour sa nouvelle production française, Netflix s’empare du mythe d’Arsène Lupin en lui offrant une relecture contemporaine grâce à un Omar Sy taillé pour le rôle. Résultat ? Un sympathique divertissement, solide et charmeur, rempli d’amour pour le personnage original.

Car attention ! Ceci n’est pas une aventure directe d’Arsène Lupin, le célèbre cambrioleur du roman de 1905, mais bien celle d’un de ses fans inconditionnels se déroulant de nos jours. Pari risqué pour Louis Leterrier (Insaisissables, L’incroyable Hulk) qui risque de s’attirer les foudres des puristes en contournant le système …

Il y a 25 ans, la vie du jeune Assane est bouleversée lorsque son père meurt après avoir été accusé d’un crime qu’il n’a pas commis. Il s’inspire donc aujourd’hui du dit héros littéraire pour le venger … Et ça marche plutôt pas mal ! Le pari étant risqué quand on constate le récent palmarès français de la plateforme (Coucou Marseille ! Coucou Plan Coeur ! Coucou La Révolution !), loin d’avoir brillé jusqu’ici.

Grâce à une réécriture maligne et assurée, Lupin assume donc d’office sa particularité : aucune incarnation du voleur à proprement parler ici, même s’il n’en demeure pas moins omniprésent. Les scénaristes prennent effectivement soin de respecter les écrits de Maurice Leblanc, chaque scène s’avérant être une véritable déclaration d’amour au matériau d’origine. Entre les méthodes employées par le héros (le changement d’identité par exemple) et les références directes aux aventures du cambrioleur, le parcours d’Assane est constamment mis en parallèle avec son homologue de papier.

Le choix de confier le premier rôle à Omar Sy n’est d’ailleurs pas un hasard. Outre son charisme et sa justesse de jeu conférant à son personnage un délicieux côté espiègle, sa présence permet surtout d’utiliser le racisme à son avantage. « Vous me voyez, mais vous ne me regardez pas ». Un leitmotiv qui permet à Assane de parfaitement se fondre dans la masse pour mieux accomplir ses méfaits, où comment la série n’hésite pas à critiquer le fonctionnement de notre société actuelle pour mieux élever le statut de son protagoniste principal, pourtant basé sur un héros littéraire blanc. Ironique mais sacrément bien amené.

Il est donc d’autant plus regrettable que certaines facilités scénaristiques viennent parasiter le récit par dessus ce propos. Rien de vraiment dommageable, mais on ne pourra s’empêcher de noter quelques raccourcis prévisibles un peu tirés par les cheveux (le policer fan de Lupin lui aussi, comme par hasard) manquant de subtilité malgré un rythme appréciable et sans temps mort ainsi qu’une mise en scène soignée.

Bref, Lupin reste tout de même un divertissement agréable et convaincant, s’élevant sans mal au rang d’une des meilleures productions françaises Netflix à ce jour. Un bon présage quand à la seconde saison qui devrait être diffusée dans le courant de l’été 2021 … Chouette !

A voir également

TOP 10 des séries les plus populaires de Netflix

CALLS : L’horreur auditive, une idée qui fonctionne ?

QUIZ HARRY POTTER : A quelle maison Poudlard appartiens tu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *